Le vent m’emporte dans les souffles glacés de nulle part